Élections municipales 2014 à Landerneau

Conseil municipal

Tribune - Climat : Penser global, agir local

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 20 septembre 2015 - aucun commentaire

Tribune publiée dans le "Tambour de ville" du mois d'octobre 2015

Climat : Penser global, agir local

La conférence climat de Paris aura lieu dans quelques semaines. Cet événement majeur marquera peut-être l'Histoire si, pour la première fois, l'ensemble de la communauté internationale prend conscience que l'homme est sur le point de détruire son écosystème, et trouve un accord contraignant pour limiter le dérèglement climatique.

L'objectif recherché d'une limitation à 2°C de l'augmentation de la température moyenne sur Terre n'est pas une garantie que tout ira bien... mais simplement un repère, afin d'éviter que la machine climatique ne déraille complètement.
Pour tenter de respecter cet objectif symbolique, la France a dévoilé avant l'été sa stratégie « bas carbone ». La trajectoire visée est une réduction de 40 % de nos émissions de carbone en 2030. C'est extraordinairement ambitieux, mais c'est extraordinairement nécessaire.
Pour y parvenir il nous faudra par exemple reporter 20 % du transport de marchandises de la route vers le rail ou la navigation fluviale. De même, l'isolation thermique des habitations devra progresser fortement, et les nouveaux bâtiments seront à énergie positive. Les transports et l'habitat sont deux domaines sur lesquels les élus locaux ont d'importants leviers d'action. Il nous faut donc agir dessus au plus vite, bien plus vite qu'avec la démarche « Agenda21 » entreprise par la municipalité !

À l'échelle du Pays de Landerneau-Daoulas, un choix s'impose : Patrick Leclerc doit refermer le projet de nouvel axe routier au sud de Landerneau (Voie de Lanrinou, 15 millions €) et orienter ces financements vers le développement du rail et d'une offre moderne de transports en commun.

Subvention illégitime

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 04 août 2015 - aucun commentaire

Après un Conseil municipal "houleux" début juillet, je souhaite expliciter notre position concernant le soutien financier de la ville à Régie Scène.
L'organisation du Festival "Fête du Bruit" sur la commune de Landerneau est globalement une bonne chose : tant sur le plan culturel que du point de vue des retombées économiques pour notre territoire. Il ne s'agit pas de le contester.

Si nous sommes amenés chaque année à débattre à l'occasion de cet évènement c'est pour une question de principe, et les principes sont importants. En effet, nous estimons que la ville de Landerneau n'a pas à verser de façon systématique une subvention de 10'000€ "cash" à l'association Régie Scène sachant qu'elle se confond avec l'entreprise du même nom. Entreprise privée ou association à but non lucratif ce n'est pas pareil, on ne peut pas jouer sur les deux tableaux, il faut choisir. Le montage actuel revient en effet à mutualiser les dépenses et privatiser les bénéfices... ce n'est pas acceptable.

Patrick Leclerc fait semblant de ne pas voir le problème et parle de "coup de pouce"... mais elles sont nombreuses les entreprises locales (qui œuvrent toute l'année au dynamisme du territoire) qui aimeraient bien un tel "coup de pouce" ! Nous sommes donc obligés de rappeler un principe de base à l'équipe majoritaire : les collectivités ne peuvent pas participer aux bénéfices des entreprises privées avec le fruit de nos impôts.

Ces précisions apportées, et dans l'attente que cette situation évolue enfin, nous espérons que l'édition 2015 se passera au mieux : l'affiche est belle, et les bénévoles motivés ! Bon festival !

Frédéric LE SAOUT, élu Dynamique d'avenir : solidarité, écologie, citoyenneté


Ouest-France, le 04/08/2015 : Un élu dénonce la subvention pour la Fête du Bruit
http://www.ouest-france.fr/un-elu-denonce-la-subvention-pour-la-fete-du-bruit-3604504

Tribune - Politique locale : décryptage...

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 15 mai 2015 - aucun commentaire

Tribune publiée dans le "Tambour de ville" du mois de juin 2015

Politique locale : décryptage...

Je siège depuis 1 an au Conseil municipal. Cela permet de porter un regard sur la politique menée par Patrick Leclerc et son équipe. La recette est simple...

Règle 1 : Tout miser sur l'image et l'attractivité de la ville
Ces deux mots, à priori sympathiques, justifient en fait une politique globalement tournée vers les apparences et non le quotidien des Landernéens. Exemples : un grand parc urbain (vide) plutôt que des espaces verts de quartier, un étonnant projet de galerie artistique pour les touristes plutôt que des services et commerces de proximité, une nouvelle salle de sport-spectacle plutôt que de vrais moyens au « sport pour tous »...

Règle 2 : Privilégier l'investissement au fonctionnement
Chaque année, une part importante du budget de fonctionnement (les services) est basculée au budget d'investissement. Investir… derrière ce mot, une politique de grandes constructions, d'aménagements : il faut marquer les esprits. Pourtant, notre territoire est déjà suffisamment doté en équipements, et il faudrait plutôt investir dans l'éducation en proposant, entre autre, de véritables activités périscolaires à nos élèves.

Règle 3 : Donner l'air d'être « non-partisan »
Un maire au-dessus des « clivages », des choix « réalistes », une gestion en « bon père de famille »… C'est l'image que l'on veut nous donner. Les marqueurs d'une politique de droite sont pourtant nombreux… Les choix fiscaux, notamment, protègent ceux qui sont bien lotis comme les propriétaires de logements laissés vides, ou les grandes surfaces...

Tribune - Réforme des rythmes scolaires : où est passé l'intérêt des enfants ?

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 27 janvier 2015 - aucun commentaire

Tribune publiée dans le "Tambour de ville" du mois de février 2015 Réforme des rythmes scolaires : où est passé l'intérêt des enfants ? Sur le principe initial de la réforme le consensus était pourtant large : mieux adapter l'école aux rythmes de l'enfant en étalant les périodes d'apprentissage sur la semaine. Certes, la réforme du gouvernement n'est pas satisfaisante (en particulier parce qu'elle introduit une rupture de l'égalité territoriale), mais à Landerneau nous souffrons également d'une logique strictement comptable bien décevante. Sur ce dossier la majorité Leclerc a fait preuve d'une mauvaise volonté constante : mise en œuvre repoussée au maximum, non prise en compte des résultats de l'enquête auprès des parents, absence totale d'ambition dans l'organisation d'activités périscolaires... le tout au détriment des élèves. Conséquence de cet état d'esprit : le dispositif mis en place pose de multiples problèmes et le mécontentement des parents d'élèves est général. Intérêt des enfants, égalité d'accès, emplois pérennes, voilà nos objectifs, et nous demandons trois évolutions rapidement.
  • Une pause de midi à raccourcir : 2h15 c'est trop long ! Fatigue, énervement sur la cour, risques accrus... ni enfants, ni parents, ni enseignants n'y ont intérêt.
  • Régularité des horaires : il n'est pas normal que la matinée du mercredi soit avancée d'une ½ heure pour une simple histoire de disponibilité de car à l'heure de midi.
  • De véritables activités périscolaires : les activités proposées le midi concernent seulement quelques enfants, pendant quelques semaines, sur quelques écoles… c'est du saupoudrage !
Les marges de manœuvre financières existent bien, mais il faut que la mairie change ses priorités.