Élections municipales 2014 à Landerneau

Jeunesse, Culture, Vie associative

Communiqué / CPIE de Gorré Ménez : amertume et responsabilités...

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 09 mai 2016 - aucun commentaire

Après plus de 30 ans au service de l'éducation à l'environnement, et après avoir encadré des milliers de jeunes (classes nature et colonies de vacances) sur son site de Loperhet surplombant l'Elorn, l'association CPIE de Gorré Ménez est mise en liquidation. Cette annonce est d'autant plus douloureuse qu'elle semble brutale. Pourtant les élus en fonction étaient au courant, et partagent d’ailleurs la responsabilité de cet échec.
Au-delà de la perte d'un outil pédagogique majeur, au-delà du projet d'intérêt général qui disparaît, c'est 14 employés qui se retrouvent sans travail. Les mauvaises statistiques du chômage n'avaient pas besoin de cela...

Les administrateurs et personnels de l'association s'expriment en des termes très clairs et dénoncent la passivité de la Communauté de communes et de son Président Patrick Leclerc. Surtout, ils précisent l'origine de la situation, et confirment que les problèmes rencontrés n'étaient pas structurels mais conjoncturels. Le chantier de rénovation du site, entrepris par la Communauté de communes, a mis à mal l'activité du CPIE. Les capacités d'accueil du site ont ainsi été divisée par deux pendant deux ans.
Dans ces conditions, et alors que les travaux prenaient du retard, pourquoi la CCPLD n'a pas répondu à la demande d'aide exceptionnelle de 30'000€ formulée par l'association ? Il s'agissait pourtant d'un soutien tout à fait réalisable en regard des finances de la collectivité...

Les propos de Patrick Leclerc en Conseil communautaire vendredi 29 avril sont choquants. En cherchant à noircir le tableau financier de l'association, il essaye de se détourner de ses responsabilités. Les réponses qu'il a tenté d'apporter sont irrespectueuses et trompeuses. Nous devons savoir si cette situation s'explique par une négligence dramatique ou par une intention délibérée d'écarter le CPIE du projet de "Maison de l'environnement".
Dans cette période économique si difficile, tout particulièrement pour le milieu associatif, ce fiasco pose plus largement la question de la politique associative de notre collectivité locale. La vision actuellement proposée voudrait réduire le tissu associatif aux activités sportives et festives : nous ne devons pas l'accepter.

Six idées fortes : Plus de services publics à Kergreis

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 02 mars 2014 - aucun commentaire



Pourquoi ?
Le quartier de Kergreis est une petite "ville" de 3000 habitants qui se trouve trop éloignée de nombreux services publics.

Comment ?
Nous souhaitons installer dans le quartier :
  • Une antenne de la médiathèque (livres, CD, DVD, magazines, accès internet...)
  • Une ludothèque, permettant aux Landernéens de découvrir de d'emprunter de nombreux jeux
  • Un local jeune encadré
  • Un lieu convivial pour les permanences sociales et associatives
Combien ?
Des locaux municipaux sont déjà disponibles, un investissement de 50 000 € sera nécessaire pour les adapter.
Le coût de l'encadrement (1?5 à 2 agents à temps plein) restera modeste : personnes déjà en poste, concours financier de partenaires institutionnels...

Six idées fortes : des propositions concrètes et réalistes au service d'un projet tourné vers la proximité et les services au quotidien.

Application de la réforme des rythmes scolaires à Landerneau

Rédigé par Frédéric LE SAOUT - 24 février 2014 - aucun commentaire



Au sujet de la réforme des rythmes scolaires, qui s'appliquera en septembre 2014 à Landerneau, les membres de la liste Dynamique d'avenir rappellent leur attachement à plusieurs principes forts :
  • L'intérêt des enfants : les rythmes biologiques des enfants doivent être la priorité, la semaine de 4 jours et demi y répond, l'organisation des TAP devra aussi les respecter.
  • La gratuité : l'école doit rester gratuite au nom de l'égalité entre les enfants et les familles, les TAP doivent donc être financés par la collectivité qui doit s'en donner les moyens. Les sommes nécessaires peuvent être trouvées en redéployant les priorités financières : plutôt des TAP qu'un rond-point !
  • La qualité : les activités seront définies avec les équipes éducatives en fonction de projets pédagogiques précis. La mission de l'école n'est pas d'occuper les enfants mais de les éduquer, y compris par les TAP qui sont des temps périscolaires mais aussi péri-éducatifs. Si les activités proposées seront essentiellement artistiques et culturelles, Dynamique d'avenir, fidèle à ses valeurs, encouragera les projets autour de l'écologie, de la citoyenneté, de la solidarité et plus généralement le développement de l'esprit critique de nos futurs concitoyens.
  • Les conditions de travail des intervenants : il ne s'agit pas de répondre aux besoins des TAP par un développement de l'emploi précaire. Nous nous attacherons à proposer de vrais emplois, d'abord en s'appuyant sur les ressources existantes au sein du personnel communal des écoles, de la MPT/CS, de l'OMS... ensuite en recrutant les animateurs diplômés nécessaires.
Notre liste Dynamique d'avenir souhaite donc mettre en place un projet ambitieux autour des TAP : un projet partagé par les parents, les équipes éducatives et les acteurs associatifs locaux liés à l'organisation des rythmes scolaires (ALSH, crèches...). De fait, et même si nous le regrettons, il apparaît irréaliste de prévoir une mise en place des TAP de façon sérieuse à la rentrée de septembre prochain du fait du peu de temps entre les élections municipales et la date de la rentrée.

Pour l'année scolaire 2014-2015, nous serons attentifs à ce que les modifications que nous apporterons à l'organisation prévue par l'actuelle majorité ne perturbent pas davantage les enfants, leurs parents, les enseignants. Parallèlement, une vraie concertation sera lancée afin de bâtir un projet de TAP partagé par tous les acteurs concernés et organisé au mieux de l'intérêt de nos enfants, projet qui sera mis en œuvre à la rentrée de septembre 2015.

Jean-Paul Jaouen, Denise Le Gac, Frédéric Le Saout